La politique du patrimoine

Publié le par Documentation Française

LA POLITIQUE DU PATRIMOINE - SITE DE LA DOCUMENTATION FRANCAISE

La politique en faveur du patrimoine résulte de deux épisodes marquants de l’histoire française : la Révolution et la séparation de l’Eglise et de l’Etat.
-  La Révolution, en réaction au pillage et à la destruction, décide le transfert massif des propriétés monumentales (châteaux) et objets d’art à la République ;
-  la séparation de l’Eglise et de l’Etat en 1905 confie à l’Etat et aux collectivités locales la responsabilité des édifices cultuels et affirme la prépondérance de l’Etat dans ce domaine.

La décentralisation, notamment culturelle, marque la future étape de la politique du patrimoine. La loi de programme annoncée par le gouvernement doit intégrer cette nouvelle donne : telle est la perspective de la mission confiée à Jean-Pierre Bady, conseiller-maître à la Cour des Comptes, qui fait l’objet du rapport remis au ministre de la culture, Jean-Jacques Aillagon, le 18 novembre 2002.

La politique du patrimoine a pour triple objectif de préserver, c’est-à-dire conserver, entretenir, restaurer et transmettre, de gérer et de valoriser par l’ouverture au public, l’animation, la diffusion, pour répondre à des enjeux d’ordre culturel, économique, touristique, pédagogique et social.

Le souci de préservation a facilité la connaissance du patrimoine mais l’ampleur de cette tâche n’aurait pu suffire sans la participation d’autres acteurs que l’Etat.

Pour assurer la gestion du patrimoine, des structures publiques et une législation se sont progressivement mises en place au fur et à mesure que le champ du patrimoine s’élargissait.

L’engouement du public pour le patrimoine, et notamment le patrimoine de proximité, a conduit à la multiplication d’actions de valorisation menées par les agents du patrimoine, touchant à l’animation des monuments, à la médiation pédagogique, à la promotion et à la diffusion des connaissances sur le sujet.

Enfin, le patrimoine participe aussi à la vie économique du pays en termes d’emplois et d’activités, par les liens qu’il entretient avec l’industrie touristique et le développement du territoire.

Réflexions et propositions pour une politique nationale du patrimoine (Etat, collectivités territoriales et secteur privé)

Jean-Pierre BADY, Marc SANSON
FRANCE. Ministère de la culture et de la communication. Commission "Patrimoine et décentralisation"

Paris;Ministère de la culture et de la communication;2002;55 pages;30cm

Ce rapport, qui se situe dans la perspective de la préparation d'une loi-programme sur le patrimoine, a pour objet "à partir d'une analyse des objectifs et des outils de la politique du patrimoine, de déterminer les conditions d'évolution de la répartition des compétences entre l'Etat, les collectivités locales, les associations et les propriétaires publics et privés". La commission "Patrimoine et décentralisation" y aborde les points suivants : les préalables à une décentralisation en matière de patrimoine, ce que l'on peut attendre de la décentralisation dans ce domaine, les acteurs d'une politique nationale du patrimoine et les conséquences d'une décentralisation. Elle présente également, à la fin du rapport, une série de recommandations.

> Consulter le rapport :   [PDF] 327 Ko /  [RTF] 360 Ko / 

Documentation française mise en ligne : septembre 2003

Publié dans Droit du patrimoine

Commenter cet article